Arc de Triomphe de Maroilles

Historique.

Le 3 décembre 1805, au lendemain de la victoire d’Austerlitz, Napoléon dit à ses troupes : « Soldats, vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de triomphe. » À Maroilles, le préfet du Nord Pommereul prend la citation au pied de la lettre et organise l’aménagement de la place Verte à Maroilles pour y construire un arc de Triomphe.
La construction démarre en 1809. Le maire du village Nicolas Vendois propose d’ajouter un fronton qui comportera le blason et la devise de l’empire. Il sera surmonté d’un piédestal devant recevoir une statue. Les deux tiers des pierres utilisées proviennent des ruines de l’abbaye. Le chantier est retardé par un sous-sol gorgé d’eau.
L’abandon. En 1810, François de Pommereul quitte la préfecture du Nord pour devenir conseiller d’État et l’arc de triomphe de Maroilles en reste là, sans fronton ni blason ni statue.

Les travaux.

JPEG - 33.2 ko
L’arc de triomphe de Maroilles avant les travaux
Etat d’érosion des maçonneries et de la pierre bleue avant intervention de S.R.M.H.

En 2014, l’entreprise S.R.M.H. est chargée de restaurer le monument sous la direction de François BISMAN architecte du Patrimoine. Les travaux comprennent la reprise en sous-oeuvre et la restauration des parements en pierre bleue et en brique.

JPEG - 178.8 ko
L’arc de Triomphe de Maroilles avant les travaux vue du kiosque
JPEG - 119.5 ko
L’Arc de Triomphe de Maroilles, restauration des maçonneries
Alexandre notre compagnon restaure les parements de brique en utilisant des modules de terre cuite de même format qu’à l’origine
JPEG - 424.4 ko
L’Arc de Triomphe de Maroilles au terme de la restauration
Les pierres bleues dégradées et délitées ont été remplacées par de la pierre bleue du Hainaut. Les vides des maçonneries ont été comblés avec des coulis de chaux, une couvertine a été posée sur la partie sommitale pour protéger le monument des dégradations liées aux pluies.